Une pluie de confettis

Ça, c’était il y a 6 ans.
Il s’en est passé bien des choses depuis…
Les confettis qui tombaient sur nous ont dû laisser place par la suite à des gouttes de pluie.
En fait, non, c’était de la grêle.
On la voit jamais venir cette satanée grêle.
Elle arrive brutalement alors que la minute d’avant il fait beau. Elle est sournoise.
Et elle peut faire mal. Très mal.

On était jeunes, heureux et insouciants.
Des enfants ? Bien-sûr qu’on en veut, plein, et quand on l’aura décidé !
Mais justement, c’est la vie qui en a décidé autrement.

Ce 27 mars 2012, je devins officiellement « Madame », et deux mois après à peine, je me liais à mon mari devant Dieu.
Sans pouvoir l’expliquer et alors qu’on croyait déjà notre couple invincible après plusieurs années ensemble, avec le mariage on était devenu encore plus solides et encore plus unis.
En fait, on se sentait déjà une famille.

On a profité, on a voyagé, de nombreuses fois, loin, très très loin.
Pour notre voyage de noces, pour le kiff, pour oublier aussi.
Oublier ne serait-ce le temps de quelques semaines notre douleur.
Les jeunes parents s’en vont rarement à l’autre bout du monde sur un coup de tête, hors période scolaire en plus.
Au moins on savait qu’on allait pouvoir s’en éloigner un peu, souffler, ne plus penser à notre souffrance, celle de l’infertilité.
Il y a eu plusieurs destinations qui ont été notre défouloir. On décidait de partir toujours à la dernière minute.
Généralement, à la suite d’un énième rendez-vous médical déprimant.
Je me souviens du mois d’avril 2014.
On sortait d’une rencontre avec un nouveau spécialiste, au manque de psychologie certain, qui m’avait achevée.
Mes jambes ne me portaient plus. Je m’étais littéralement écroulée dans la rue tant ma douleur était immense et mes pleurs inconsolables.

Alors, on est partis, on a joué les touristes au soleil car dans notre cœur comme à Paris, il faisait si gris…
C’était chouette, on profitait du beau temps, on faisait des activités sympas, mais… les enfants… que d’enfants autour de nous ! Impossible de ne pas ressentir de pincement malgré tout.
Alors, le voyage d’après, on partirait plus loin encore, et dans un endroit plus exotique, plus sauvage, moins fréquenté par les familles tout simplement…
Bali. On ne pouvait pas mieux choisir comme lieu avant de commencer la PMA.
Pour son dépaysement total assuré, pour ce qu’il m’a apporté à ce moment précis de ma vie, Bali fut un voyage particulier à mes yeux.
On y était tellement bien. On flottait sur notre nuage, on découvrait avec émerveillement une autre culture, une autre façon de vivre.
On était ensemble, juste tous les deux, en amoureux, sans cet intrus infertile qui rythmait notre quotidien à Paris.
Le seul rythme qui nous accompagnait était celui du mouvement des vagues ou celui du chant des oiseaux. Et ça faisait un bien fou…
Puis, il a bien fallu rentrer de ce petit paradis. Le dur retour à la réalité.
Je pensais que je reviendrais reboostée pour continuer notre long combat, mais non. Mes forces et ondes positives étaient restées là-bas, au milieu des palmiers.
J’ai été propulsée du jour au lendemain dans mon sombre monde. Bam, une claque en pleine gueule.

Les jours ont suivi, il y a eu beaucoup de bas, mais aussi des hauts. Car on s’aimait et se soutenait, c’était tout ce qui comptait.

Puis, il y a deux ans, on vivait l’un des moments les plus durs de notre vie… On était en plein après-fiv, en plein échec, même pas un embryon. Pas un seul. Un résultat aux faibles probabilités pourtant.
Et finalement, nous voilà aujourd’hui, la famille Bonheur.

Aujourd’hui, ce ne sont plus des torrents de larmes qui se déversent et ce ne sont plus non plus des confettis qui volent au-dessus de nous.
Des poussières magiques, voilà ce qui illumine désormais notre vie. Tout plein de poussières magiques comme celles de la fée Clochette .
C’est beau, ça brille et ça semble irréel.

Après la pluie, vient le beau temps, ils disent.
Ils ont raison.
Notre combat nous a mené à notre fils, et il est notre soleil.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s