De la magie dans l’air

Il m’a fallu 4 mois après la naissance de mon fils pour prendre de nouveau ma plume.
Non pas que celle-ci se fut vraiment envolée, mais j’avais du mal à mettre mes idées dans l’ordre, tant mon esprit bouillonnait et mon coeur s’emballait.
Depuis mon accouchement, il y avait en moi un vrai cocktail d’émotions !

Ainsi, j’ai pris le temps de noter mes ressentis au fur et à mesure, comme je le fais d’habitude, et finalement, c’est le jour de ses 4 mois que mon inspiration m’a poussée à rédiger un texte: ma déclaration d’amour à mon fils.
Car c’est à ce moment-là précisément que ma nostalgie a pris le dessus…

« Aujourd’hui mon fils, tu as 4 mois.
4 mois à peine et je suis déjà nostalgique.

Je repense à notre séjour à la maternité avec un truc au fond de mon cœur qui ne s’explique pas.
Comment de tout de façon mettre des mots sur la naissance d’un enfant, surtout quand c’est le nôtre ? Ce sont des moments qui relèvent de l’indicible.
Pourtant, depuis ta naissance, une furieuse envie d’écrire me prend aux tripes. Avec une inspiration telle un puits sans fond.
Je pense que j’ai ce besoin viscéral de prendre ma plume, à l’image de ce lien viscéral qui nous unit toi et moi.
Je note donc régulièrement les sentiments par lesquels je passe, ce flot d’émotions qui m’envahit. Et puis aujourd’hui j’ai décidé de faire partager une infime partie de mon ressenti justement.

Je parlais de la nostalgie qui s’empare de moi aujourd’hui. Cela me renvoie à ces quelques jours passés à la maternité de l’hôpital, qui furent à la fois intenses et magiques.
J’avais ma tête dans les nuages et mon cœur dans un conte de fée. Un mélange détonnant donc !

Je venais de donner la vie et je ne pouvais m’empêcher de te regarder encore et encore dans ton berceau, toi, mon petit bébé, avec qui je fus en parfaite fusion pendant 9 mois.
D’une part parce ce que mon coeur de mère vibrait d’amour pour toi, d’autre part pour tenter de réaliser que, ça y est, j’avais un fils.
J’avais réussi.
Oui, « réussi », c’est bien le terme.
Car après tant de galères et de souffrances, j’avais vraiment le sentiment d’avoir gagné un combat, que dis-je, ma plus belle et grande bataille.

On entend la plupart des jeunes parents dire que l’arrivée d’un bébé chamboule tout. Que les premiers moments sont difficiles, qu’on ne peut pas prévoir de sortie avant des semaines voire des mois, que le couple pourrait se retrouver fragilisé, et j’en passe…
Il faut avouer que malgré leur bonheur incontestable, beaucoup se plaignent.
De notre côté, malgré une fatigue indéniable, je n’ai pas l’impression que notre vie s’est retrouvée si changée.
Bon, évidemment notre quotidien n’est plus exactement le même mais jamais ne me viendrait l’idée de me plaindre.
Tout simplement parce que je réalise le miracle que tu es. Et pour cela je remercie Dieu chaque jour.
En fait pour moi, la seule vraie différence avec avant, c’est l’intense bonheur que nous vivons désormais de t’avoir auprès de nous.
Notre nouvelle vie s’est mise en place de façon la plus naturelle possible, nous avons pris notre rythme sans stress, avec une fluidité parfois déconcertante.

En fait mon bébé, on t’avait tellement attendu, tellement espéré, que tu faisais déjà partie de notre vie ces dernières années.

Et aujourd’hui, je dois t’avouer une chose: je ne me suis pas sentie mère au moment de ta naissance.
NON.
Je me suis sentie mère à partir du moment où j’ai commencé à me battre pour le devenir.

4 mois donc que tu es physiquement là, en dehors de ton cocon maternel, mais tellement plus de temps que tu es dans ma tête et dans mon cœur… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s