Des bulles de souvenirs

8 ans et des poussières.
8 ans que nous vivions dans cet appartement.
8 ans passés dans celui qui fut notre repère d’amoureux transis, de fiancés, de jeunes mariés, de nouveaux parents.

40 m².
40 m² de souvenirs intenses, de joies, de peines, de rires, de pleurs.
40 m² de VIE.

C’est une petite superficie pour beaucoup, mais moi cela me paraissait immense. Car il m’offrait quelque chose d’une grandeur que les autres ne pouvaient percevoir…
Quelque chose de précieux : pouvoir être celle que j’étais vraiment, en toute transparence.
Pendant les coups durs, il m’a accompagnée à sa manière. Il était le seul endroit, hormis les bras de mon mari, où j’étais pressée de me réfugier.
Pour me cacher, loin des fertiles, pour pleurer et me laisser aller dans mon coin, sans avoir à jouer de rôle et faire la forte.
C’était mon cocon.

Ce n’est que du matériel pourrait-on penser.
Certes, mais je crois sincèrement que les lieux possèdent une âme, en tout cas celui-ci a la nôtre.
Il a vu défiler nos épreuves, de couple, de mariés, des épreuves propres à chacun aussi.
Mais il nous a vu toujours se relever, se battre, et vivre dans la joie. Toujours.
Entre ces murs, il y a eu tant de vécu.
C’est là que j’ai appris que j’étais enceinte, c’est là que notre fils a fait ses premiers pas…
Vous voyez ce lieu vide pourtant, moi, je le vois rempli. Rempli de souvenirs.
Le son de nos rires retentit entre ces murs, les images de nos scènes de vie apparaissent comme par magie dans chaque pièce.

Chaque m² de cet appartement détient une partie de moi.
Je me revois sourire dans la cuisine, bouder dans la chambre, rire sur le canapé du salon, pleurer dans la salle de bain.
Chaque coin et recoin de ce 40 m² détient une partie de mon histoire, de notre histoire à tous les deux, de notre histoire à tous les trois.
Après chaque grand événement, heureux ou malheureux, c’est ici qu’on est s’est retrouvés.
Ce lieu a désormais ce quelque chose qui me rend nostalgique du temps passé, des souvenirs envolés.
Il me donne envie d’en construire plein d’autres dans notre nouvelle maison et d’y créer une âme. Celle de la famille qu’on forme tous les trois.
~
On avait cherché à déménager pendant ma grossesse, mais on avait rien trouvé.
Alors on était déçu mais on s’est dit tant pis, on va s’arranger dans notre 2 pièces, notre bébé dormira à nos côtés au début, c’est l’histoire de quelques mois de tout de façon et on trouvera bien un appart après l’accouchement.

Sauf que les jours, les semaines, les mois ont passé. Nous sommes finalement restés plus longtemps que prévu.
Alors, oui c’était devenu quelque peu à l’étroit, ces derniers temps surtout, au fil de l’évolution de Dan et de la place qu’il prenait.

Mais qu’est ce je ne regrette pas de n’avoir pas déménagé avant !

J’ai beau chercher, aucun mot ne peut décrire mon émotion ressentie le jour où on est rentrés de la maternité avec Dan et qu’on est arrivés dans notre cher appartement.
C’est comme s’il avait été envahi de poussières magiques.
On avait réussi.
On avait réussi à rendre de nouveau cet endroit joyeux et léger.

Aujourd’hui, en guise d’adieu, on peut difficilement faire mieux.
On laisse nos empreintes de famille, on laisse des traces de notre bonheur un peu partout, comme ces bulles colorées qui renferment chacun de nos souvenirs ici.

8 ans, 40 m², et 1 gros pincement au cœur.

« Quand on aime il faut partir », paraît-il. Et je suis sûre que le meilleur reste à venir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s